เล่นคาสิโนออนไลน์ให้ได้เงิน _ดูบอลสดทรูสปอร์ต _วิธีดูราคาบอล w88

Posted: 06/26/2018  by: Paul Schabas

  • Fran?ais
  • English

Treasurer Paul SchabasMy two years as Treasurer (President) wrap up on June 28.

These have been two years of change at the Law Society. I have been fortunate to be a part of that change, working with thoughtful and dedicated benchers, supported by committed professional staff and relying on the generous volunteerism of many in the legal professions.

My two years as Treasurer were spent working hard towards achieving our strategic objectives of being more modern and efficient, focusing on competency, enhancing communication and transparency, and addressing equality, diversity and inclusion in the professions. The benchers, staff and I?have?worked diligently to position the Law Society?to better respond to change and the challenging?issues affecting us—all with the public interest paramount.

Just last week, we received an important affirmation of our work from the Supreme Court of Canada, which confirmed that our mandate to act in the public interest is a broad one, and includes promoting diversity. This, in turn, furthers the goals of access to justice and the provision of competent legal services to all.?We are on the right track.

Communications: making the Law Society relevant to the public

One?change?that exemplifies?our?goals and the direction we are taking is, of course, the?adoption of our new name.?Last fall,?Convocation decided?it was time to?move forward and ensure?that?the name of the Law Society is inclusive?and relevant to?all Ontarians. On?May 8, 2018, an amendment to the Law Society Act received?“Royal Assent,”?making “Law Society of Ontario”?our?official name.

Along with the name change, in February, Convocation approved the launch of an?extensive public awareness campaign?across Ontario.?Through this campaign, we will?better communicate how the public can get legal help, and how the Law Society can help them.

Combatting discrimination: promoting equality, diversity and inclusion

Another major initiative has been our work to combat systemic racism?in the legal professions.?In December 2016, responding to comprehensive data and other evidence, we confronted this reality by adopting strong recommendations designed to accelerate change, and help eliminate racism and discrimination. Learn about our efforts through the Equality, Diversity and Inclusion?(EDI)?initiative. You can also read the report (PDF).

Much work remains to be done to achieve a truly inclusive and diverse?legal profession?in Ontario. The recommendations are bepdfing implemented, and we are pushing the conversation?forward. I’m proud of our leadership on this issue.

Indigenous issues

We have also been working hard on Indigenous issues, producing tangible responses to the Calls to Action of the Truth and Reconciliation Commission. With the guidance of our Indigenous Advisory Group, co-chaired by Kathleen Lickers and Chief Myeengun Henry, Convocation adopted an Indigenous Framework (PDF) to inform all that we do. An Indigenous specialist certification was approved and, in collaboration with The Advocates’ Society and the Indigenous Bar Association, we recently published the Guide for Lawyers Working with Indigenous Peoples (PDF) for licensees providing legal representation to Indigenous clients.

As I touched on in my?last blog post, a Review Panel has looked at how we deal with Indigenous issues in our regulatory processes. With the adoption of the panel’s recommendations (PDF), and those of independent reviewer?Ovide?Mercredi, with whom I?recently visited Lac?Seul?First Nation, the Law Society will become more competent in serving and supporting Indigenous peoples.?Our deepest gratitude goes to the communities in Treaty 3 and Nishnawbe Aski Nation who shared their stories with Ovide in the course of this review. A special thank you also goes to Chief Clifford Bull and the people of Lac Seul First Nation, who hosted me and my colleagues last week where we reported on the review process.

I believe we are making?meaningful?progress on the road to achieve reconciliation as we learn more about Indigenous histories, traditions, and laws. We simply must do so.

Access to justice?

The Law Society has been active on the access to justice front as well. Through meetings with federal and provincial politicians, and government officials, we worked hard to ensure that?Unified Family Courts will expand in Ontario. The inclusion of funding in the 2018 federal budget was a?critical?step?towards?making family law more responsive and accessible for Ontarians.

The implementation of?the?Family Law Action Plan, which was approved by Convocation at the end of 2017, will also play a significant role in addressing family law needs. It contains action items to improve access to justice for Ontario families, including the development of a licensing framework for paralegals and others to provide certain family legal services.

We have also stepped up our interest and role in promoting legal aid in Ontario. The Report of the Legal Aid Working Group (PDF) marks the beginning of a more active role for the Law Society as a constructive voice in the work of Legal Aid Ontario. I strongly?believe?that our renewed engagement in this area will?have a?lasting?impact?for lawyers, paralegals and the public.

Regulatory issues

Over the last two years, we’ve responded to public protection concerns around advertising and fee issues. Convocation has ศัพท์พนันบอล set a cap on referral fees, strengthened the advertising rules to prevent unscrupulous practices,?and approved a series of?transparency reforms for contingency fees.

The final months of my term coincided with the 10-year anniversary of the implementation of paralegal regulation.?In my view, paralegal regulation has been a very successful and significant milestone in the evolution of regulation. The profession has grown and evolved in different?and important?ways, and has improved access to justice for many. Other provinces are considering following our lead in this area.

Internal changes

As I have said recently, while it is the Treasurer’s job to lead the organization, the CEO runs it. In March, we confirmed the appointment of the very experienced and capable Diana Miles as our CEO. The senior management team also welcomed several highly qualified people, and we re-established a Policy Division. The Law Society is very fortunate to have such a dedicated and experienced staff, who are indispensable to fulfilling our mandate.

Unfinished business

Several initiatives remain ongoing and must continue to be priorities.

One of them is addressing the?lawyer licensing process. As part of the?Dialogue on Licensing, a?consultation paper (PDF)?was presented at May Convocation,?summarizing?the profound?changes taking place?in the legal professions, and proposing options for the licensing process going forward. Please read this report and provide feedback. The Law Society must address the challenges of our current licensing process and make changes to ensure that we can confidently assert that everyone licensed to practice law has the required competencies, and that we do not have unjustifiable barriers to licensing.

Another unfinished item is our governance review. This is a strategic priority, as all organizations should continuously assess the adequacy of their governance model. But this is never easy, and the work of the Governance Task Force continues.

It has been a privilege to have led the Law Society for these past two years. They have been years of much activity, along with some controversy. We have been asking hard questions and confronting difficult issues, as we must, in an era of change. Ontario continues to grow, and become more diverse. Technological change is affecting everyone, including the legal professions. We need to be ready for fundamental shifts in how legal services are accessed and delivered. I believe the steps we have taken in the past couple of years will help ensure that readiness.

I’ve been at the bencher table for 11 years, the last two as Treasurer. It’s time for new voices and new perspectives. A new Treasurer—the 67th!—will be elected by the benchers on June 28.?And next year a new group of benchers will be elected to press on with regulating the legal profession in the modern world and, above all, to do so in the public interest.

All the best,

Paul

Fin de mon mandat de trésorier du Barreau

Treasurer Paul SchabasMon mandat de trésorier (président) s’achève le 28 juin.

Ces deux dernières années au Barreau ont été marquées par le changement. J’ai eu la chance de faire partie de ce changement, de travailler avec des conseillers réfléchis et dévoués et appuyés par un personnel professionnel et de bénéficier du bénévolat de nombreux membres des professions juridiques.

J’ai consacré mes deux années au poste de trésorier à travailler sans relache pour réaliser nos objectifs?: devenir plus moderne et efficient, se concentrer sur la compétence, améliorer la communication et la transparence et aborder les questions d’égalité, de diversité et d’inclusion dans les professions juridiques. Les conseillers, le personnel du Barreau et moi?même avons fait des efforts assidus pour positionner le Barreau de fa?on à être plus réactif au changement et aux défis qui nous interpellent – tout en gardant à l’esprit notre priorité principale de servir l’intérêt public.

La semaine dernière, l’importance du travail que nous faisons a été réitérée par la Cour suprême du Canada, qui a confirmé que notre mandat d’agir dans l’intérêt public est large et comprend notamment la promotion de la diversité. Celle-ci, à son tour, fait avancer les enjeux de l’accès à la justice et de la prestation de services juridiques compétents à tout le monde. Nous sommes sur le bon chemin.

Communication?: rendre le Barreau plus pertinent pour le public

Il y a un changement qui illustre bien nos objectifs et la direction que nous prenons, il s’agit bien entendu de l’adoption de notre nouveau nom. à l’automne dernier, le Conseil a décidé qu’il était temps de regarder vers l’avenir et de faire en sorte que le nom du Barreau soit inclusif et pertinent pour tous les Ontariennes et les Ontariens. Le 8 mai 2018, une modification à la Loi sur le Barreau a re?u la ??sanction royale??, faisant du ??Barreau de l’Ontario?? notre nom officiel.

En plus de ce changement de nom, le Conseil a approuvé en février de cette année le plan pour lancer une grande campagne de sensibilisation publique en Ontario. Cette campagne nous permettra de mieux communiquer aux membres du public comment obtenir de l’aide juridique, et comment le Barreau peut les aider.

Lutter contre la discrimination?: promouvoir l’égalité, la diversité et l’inclusion

Une autre initiative qui a été au centre de mon mandat concerne nos efforts pour lutter contre le racisme systémique dans les professions juridiques. En décembre 2016, en nous appuyant sur des données exhaustives et d’autres preuves, nous nous sommes attaqués à cette réalité en adoptant des recommandations fortes visant à accélérer le changement et enrayer le racisme et la discrimination. Je vous invite à en apprendre davantage au sujet de notre ศัพท์พนันบอล initiative sur l’égalité, la diversité et l’inclusion (EDetI). Vous pouvez aussi lire le rapport (PDF).

Il reste beaucoup à faire pour créer une profession juridique vraiment inclusive et diverse en Ontario. Les recommandations sont en train d’être mises en ?uvre et nous faisons progresser le débat. Je suis fier de notre leadership sur cette question.

Enjeux autochtones

Nous avons beaucoup travaillé sur les enjeux autochtones et avons apporté des réponses tangibles aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Avec les conseils de notre groupe consultatif autochtone coprésidé par Kathleen Lickers et le Chef Myeengun Henry, le Conseil a adopté un cadre de travail en matière d’affaires autochtones qui informe tout ce que nous faisons. Un certificat d’agrément en tant que spécialiste en enjeux autochtones a été approuvé et, en collaboration avec la Société des plaideurs et l’Association du Barreau autochtone, nous avons récemment publié le Guide pour les avocats qui travaillent avec des parties autochtones (PDF) à l’intention des titulaires de permis qui fournissent une représentation juridique aux clients autochtones.

Comme je l’ai mentionné dans mon billet précédent, un comité d’examen s’est penché sur la fa?on dont nous abordons les enjeux autochtones dans nos processus de règlementation. Avec l’adoption des recommandations (PDF) du comité d’examen et de celles de l’examinateur indépendant Ovide Mercredi, avec lequel j’ai récemment visité les Premières Nations du Lac Seul, le Barreau deviendra plus compétent pour servir les peuples autochtones. Nous sommes extrêmement reconnaissants aux communautés des Premières Nations des territoires de Grand Council Treaty no?3 et à la Nation Nishnawbe Aski d’avoir partagé leurs histoires avec Ovide tout au long de cet examen. Un grand merci aussi au Chef Clifford Bull et au peuple Première Nation du Lac Seul, qui ont accueilli mes collègues et moi?même la semaine dernière lorsque nous leur avons fait rapport du processus d’examen.

Je pense que nous faisons des progrès significatifs sur le chemin de la réconciliation au fur et à mesure que nous en apprenons davantage sur les histoires des peuples autochtones, leurs traditions et leurs lois. C’est quelque chose que nous devons faire.

Accès à la justice

Le Barreau a également été très actif en matière d’accès à la justice. à travers des rencontres avec des responsables politiques fédéraux et provinciaux et des membres du gouvernement, nous avons déployé des efforts importants afin que la Cour unifiée de la famille en Ontario soit élargie. Il était nécessaire d’inclure le financement dans le budget fédéral?2018 pour rendre le droit de la famille plus réactif et accessible aux Ontariens.

La mise en ?uvre du plan d’action en droit de la famille, qui a été approuvé par le Conseil à la fin de 2017, y jouera aussi un r?le majeur. Le plan vise un nombre de mesures pour améliorer l’accès à la justice pour les familles ontariennes, y compris le développement d’une structure de permis spécial pour permettre aux parajuristes et autres prestataires de services de fournir certains services en droit de la famille.

Nous avons aussi renouvelé notre intérêt et notre r?le pour promouvoir l’aide juridique en Ontario. Le Rapport du Groupe de travail sur l’aide juridique (PDF) marque le début d’un r?le plus actif pour le Barreau afin d’être une voix constructive pour le travail d’Aide juridique Ontario. Je crois sincèrement que la reprise de cette connexion aura un effet durable pour les avocats, les parajuristes et le public.

Questions règlementaires

Au cours des deux dernières années, nous avons répondu aux préoccupations du public concernant les questions de publicité et d’honoraires. Le Conseil a mis en ?uvre un plafond pour les honoraires de renvoi, a renforcé les règles en matière de publicité afin d’empêcher les pratiques retorses et a approuvé une série de réformes visant la transparence pour les honoraires conditionnels.

Les derniers mois de mon mandat ont co?ncidé avec le 10e anniversaire de la mise en ?uvre de la règlementation des parajuristes. Je pense que la règlementation des parajuristes a été une étape importante et une grande réussite dans l’évolution de la règlementation. La profession a grandi et évolué de fa?ons importantes et diverses et a amélioré l’accès à la justice pour bon nombre de gens. D’autres provinces envisagent actuellement de suivre notre exemple à cet égard.

Changements à l’interne

Comme je l’ai dit récemment, bien que le trésorier dirige le Barreau, la gestion revient à la direction générale. En mars dernier, nous avons confirmé la nomination de Diana Miles au poste de directrice générale. Diana est extrêmement compétente et dispose d’une vaste expérience. L’équipe de haute direction s’est aussi étoffée, avec l’arrivée de plusieurs personnes hautement qualifiées et nous avons rétabli une direction des politiques. Le Barreau a de la chance d’avoir une équipe aussi expérimentée et dévouée, indispensable pour remplir le mandat du Barreau.

Reste à faire

Plusieurs initiatives sont encore en cours et doivent demeurer des priorités.

Parmi celles-ci, on compte la question du processus d’accès à la profession d’avocat. Dans le cadre du projet Dialogue sur l’accès à la profession, le Comité du perfectionnement professionnel a présenté en mai au Conseil un document de consultation (PDF) dans lequel il résume les changements profonds qui ont lieu dans les professions juridiques et propose des possibilités pour l’avenir du processus d’accès à la profession. Je vous invite à lire leur rapport et à nous donner vos opinions. Le Barreau doit résoudre les problèmes du processus actuel d’accès à la profession d’avocat et le changer pour faire en sorte que nous puissions affirmer avec conviction que tous les titulaires de permis qui exercent le droit ont les compétences nécessaires et qu’il n’y a pas d’obstacles injustifiés à l’accès à la profession.

L’examen de notre structure de gouvernance est un autre chantier qui doit être mené à bien. C’est une priorité stratégique, car toutes les organisations doivent continuellement évaluer leur modèle de gouvernance. Ce n’est pas chose facile, mais le travail du Groupe de travail sur la gouvernance se poursuit.

Je suis privilégié d’avoir dirigé le Barreau au cours des deux dernières années, qui furent marquées par une grande activité et quelques controverses. Nous avons posé des questions difficiles et abordé de grands défis, comme nous l’impose cette ère de changements que nous vivons. La province de l’Ontario continue de croitre et de devenir plus diverse. Les changements technologiques se font ressentir dans tous les domaines, y compris les professions juridiques. Nous devons être prêts pour les changements radicaux qui vont affecter la fa?on dont les services juridiques seront sollicités et fournis. Je pense que les mesures que nous avons prises ces deux dernières années vont dans ce sens.

Je suis conseiller depuis 11 années et trésorier depuis deux ans. L’heure est venue de laisser la place à de nouvelles voix et perspectives. Le 28 juin, le Conseil élira un nouveau trésorier ou une nouvelle trésorière – le ou la 67e ! Et l’année prochaine, un nouveau groupe de conseillers sera élu pour poursuivre le travail de règlementation des professions juridiques pour le monde moderne et, surtout, le faire dans l’intérêt public.

Au revoir et tous mes v?ux.

Paul